Liberté d’Expression et Politique

Extrait traduit d’un essai de sciences politiques écrit en avril 2010 à Loyola University Chicago

Liberté d’expression: un droit sans limite?

En avril 2010, dans le cadre d’un cours de politique américaine à Chicago, il m’a été demandé d’écrire un Oped (Opinion Editorial, ou essai d’opinion), dans lequel je devais exprimer un point de vue personnel concernant un sujet de politique. L’initiative m’a séduite: il est assez rare que l’on demande à un étudiant d’exprimer son opinion dans un exercice de rédaction académique. J’ai donc saisi l’occasion de m’exprimer librement pour écrire sur… la liberté d’expression!

Peut-on tout dire? Focus sur les Etats-Unis

Liberté expression:le capitoleA-t-on le droit tout dire? Cette question me rappelle un sujet de philosophie du bac. Pour l’heure, penchons nous sur l’aspect juridique de la question.
A en croire la Constitution américaine, il semble que oui, on a le droit de dire ce que l’on veut (à quelques nuances près). En effet, le Bill of Right, qui correspond aux dix premiers amendements de la Constitution américaine (1789) garantissant les libertés civiles fondamentales aux citoyens américains, stipule que:

« le Congrès ne pourra faire aucune loi concernant l’établissement d’une religion ou interdisant son libre exercice, restreignant la liberté de parole ou de la presse, ou touchant au droit des citoyens de s’assembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de leurs griefs. »

Des abus: le Tea Party

Réunion Tea partyAinsi, la liberté d’expression est protégée et prévaut sur toutes les autres libertés. Mais la vraie question que je me pose est: doit-on tout entendre? Sommes-nous obligés de subir les idées et propos saugrenus, racistes et parfois délirants d’un groupe agité (dérangé?) de conservateurs révolutionnaires (ne serait-ce pas là un oxymore?) que représente le Tea-Party?

Des propos qui dérivent, des préjugés qui émergent

A laisser quiconque déclarer des propos erronés ou extrêmes, il arrive inévitablement que ces idées soient reprises voire amplifiées par d’autres, influencent l’opinion publique et, à termes, menacent l’équilibre démocratique. Ne pas sanctionner des propos homophobes par exemple a pour conséquence de banaliser l’homophobie, puisque les propos deviennent « acceptables » ou « communs ». La protection de la liberté d’expression peut donc être source de préjugés et discriminations envers les minorités.

Trouver un juste équilibre

La liberté expressionIl convient donc, notamment en communication politique, de se plier à des règles et surtout à une éthique irréprochable, si l’on veut éviter que des orateurs talentueux manipulent les foules. Comme l’expliquait Platon, la rhétorique peut constituer un danger pour la démocratie, et des exemples malheureux à travers l’histoire l’ont prouvé.

Et la France?

Ancrée dans une tradition catholique, la France fait aujourd’hui face à une immigration provenant de pays musulmans, ce qui la plonge dans une crise d’identité dont nous avons été témoin au cours de l’année. Le respect des cultures étrangères est essentiel, la censure, elle, est extrême. Un dialogue interculturel semble donc nécessaire pour garantir que chacun puisse jouir des libertés offertes par nos grandes démocraties.

Une réponse à Liberté d’Expression et Politique

  1. Bonjour pour commencer bravo pour votre site internet que j’ai parcouru avec plaisir. cet article a retenu tout mon attention car je le trouve bien rédigé et tres intéressant. Je n’ai pas pour habitude de commenter les sites mais aujourd’hui je prends quelques instants pour le faire. Je vous contacterais pour faire un échange de lien avec mon propre site. En espérant vous lire bientot.