Obama 2012 : la campagne démarre fort à Chicago

Jeudi 14 avril 2011, le Président des Etats-Unis a fait un retour très attendu dans sa ville d’adoption, Chicago, où une foule de supporters et de célébrités l’attendait pour célébrer le démarrage de sa campagne. Objectif de sa visite : participer à trois événements de levée de fonds en partenariat avec le Democratic National Committee (Comité national du Parti Démocrate).

Obama et Chicago, une grande histoire

Bien qu’il n’y soit pas né, Obama s’est toujours plu à dire que Chicago était sa ville de coeur, celle « où tout a commencé » : son amour pour Michele et sa carrière en politique. Jeudi 14 avril, il a donc choisi cette ville pour commencer le financement de sa campagne. Le maire actuel de Chicago, Rahm Emanuel, proche conseiller d’Obama et élu depuis février à la tête de la ville, ainsi que l’ancien maire Richard Dailey lui avaient réservé un accueil plus que chaleureux. David Plouffe, ancien directeur de campagne et conseiller du Président, était là pour compléter le tableau et soutenir le candidat. L’occasion pour Obama d’expliquer le choix de Chicago comme quartier général de sa nouvelle campagne:

« C’est la première fois dans l’histoire contemporaine qu’un Président au pouvoir choisit de baser son QG en dehors de Washington. (…) Je veux que notre campagne se trouve ici parce que c’est vous qui m’avez permis de démarrer en politique. Je vois parmi le public des gens qui m’ont soutenu avant même que l’on ne sache prononcer mon nom. »

Obama, une machine à lever des fonds

Plus de deux millions de dollars ont été récoltés pour la campagne 2012 d’Obama, sans compter les fonds levés pour le DNC. Au total, l’opération aurait rapporté 16 millions de dollars ! Comment ?
Au programme de la journée, trois événements :
– Un premier dîner en comité restreint (17 invités) au Restaurant MK. 35 800 dollars le repas par personne (non, je n’ai pas oublié de virgule, et le pire, c’est que ni caviar ni foie gras ne figuraient au menu !).
– Un second dîner (entre 5000 et 15 000 dollars l’assiette) au restaurant grill N9NE (au cas où le repas précédent n’eut pas été suffisamment nutritif).
– Une réception à Navy Pier, à 100$ le billet d’entrée, qui a rassemblé quelque 2 300 personnes. Etaient présentes des célébrités tels que Derrick Rose et Joakim Noah, le duo de choc de l’équipe des Bulls, Colbie Caillat, la chanteuse de jazz qui a donné un concert, et Ernie Banks, ancien joueur de baseball des Cubs, et d’autres…

Encore un discours électrisant

Une fois de plus, Obama a su (re)dynamiser la foule de sympathisants en reprenant le message fort qui avait marqué sa campagne précédente : « Yes we can ».

« Je veux que vous ayez à l’esprit tout ce qu’il nous reste à accomplir. Je veux que vous soyez optimistes pour le futur qui nous attend. Et je veux que vous vous rappeliez, et que vous rappeliez aux autres ces mots simples qui résument ce que nous croyons en tant que peuple : Oui, nous le pouvons. »

Obama a clos son discours en mettant avec fierté la casquette de l’équipe des Bulls sur la tête, un large sourire aux lèvres, comme pour marquer son appartenance à cette ville et sa proximité avec les Américains. Et une fois de plus, me voilà conquise par son charisme, et époustouflée par cette ferveur qu’il suscite.

Source :

Huffington Post : « Obama Talks Chicago Roots, Jokes About Rahm’s ‘Creepy’ Finger In Chicago« 

Cette entrée a été publiée dans Communication politique, Etats-Unis, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.