Quand Obama transcende Tucson et l’Amérique

Dans une atmosphère digne d’un rassemblement de campagne électorale, Obama a prononcé un discours inspiré, réconfortant et porteur d’espoir, au cours duquel il a rendu hommage aux victimes de la fusillade de Tucson et aux héros qui ont sauvé des vies en ce dramatique 8 janvier 2011.

Tragédie de Tucson: Obama en appelle à la réconciliation

Le 12 janvier 2011, à la suite de la tragédie de Tucson et depuis l’Université d’Arizona, le Président Barack Obama a su trouver le ton juste pour fédérer la nation entière autour d’un message fort, celui de la réconciliation.

drapeau américain flottant à Tucson14 000 personnes à l’intérieur, quelques 13 000 supplémentaires aux portes du mémorial. Une foule d’Américains de Tucson et d’ailleurs était venue rendre hommage aux victimes et écouter le discours de leur Président.

Alors qu’une profonde tristesse avait régné au cours des cinq jours qui avaient suivi la fusillade, la communauté de Tucson attendait beaucoup de la venue d’Obama.

C’est ce qui explique sans doute cette catharsis qui s’est produite durant son discours. On aurait pu penser que les gens, en deuil, n’auraient pas le coeur à célébrer la présence d’Obama. Il en a été tout autrement, et cela m’a d’ailleurs frappée : des applaudissements sans fin ont ponctué le discours du président. A la fin, on avait presque l’impression qu’un vent d’amour avait soufflé sur le lieu, comme si les mots de Barack Obama avaient eu un pouvoir unifiant.

Un discours symboliquement positif

34 minutes et 35 secondes. Un discours inhabituellement long, mais où chaque mot a compté.

Le discours d’Obama à Tucson avait un but : insuffler une onde de paix entre les divers clivages idéologiques, dans un climat actuel tendu, où des attaques verbales virulentes fusent de part et d’autre de l’hémisphère politique.

En ne faisant pas allusion aux « coupables » ou « fautifs » de cette fusillade (bien qu’on ait tout de même envie de pointer du doigt l’ultra-conservatrice Sarah Palin), Barack Obama a tenu à modérer ses propos et a ainsi rassemblé les Américains autour d’un enjeu plus important que les prochaines élections : l’avenir de leur nation.

Storytelling

Discours d'Obama face aux Américains à TucsonEn effet, en racontant l’histoire des victimes de la fusillade, dont une fillette de 9 ans, Barack Obama a mis l’accent sur l’importance de parler à l’autre d’une façon qui « soigne, et non qui blesse ». Il a rappelé qu’il était à la portée de tous de respecter son prochain. Et ce respect mutuel peut s’étendre au-delà des frontières géographiques, sociales, ou politiques. Le storytelling, qui a été la base de son discours, a permis à Obama de fédérer le peuple américain autour de la notion de réconciliation, de paix, d’espérance et d’exemple à donner aux nouvelles générations.

Voilà longtemps qu’Obama n’avait pas prononcé un discours d’une telle puissance. (Depuis la campagne présidentielle de 2008, comme le suggèrent certains.)

A l’heure où beaucoup analysent déjà la prouesse rhétorique d’Obama, retenons plutôt l’humilité, la foi et l’espoir dont il a fait preuve et qui a su transcender non seulement la population présente à Tucson, mais l’Amérique toute entière… voire au-delà.

Si vous avez une demi-heure devant vous, je vous conseille vivement de regarder la vidéo du discours de Barack Obama: http://www.youtube.com/watch?v=ztbJmXQDIGA

Sources:

Cette entrée a été publiée dans Communication politique, Etats-Unis, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.